A propos Pierre Malherbe

Cadre dirigeant dans la fonction publique, âgé d'une cinquantaine d'années. Marié, je vis à Paris. Epris de cinéma, et ayant moi-même tourné des films amateurs quand j'étais jeune, je me suis progressivement tourné vers la littérature au point d’en devenir passionné. Mes auteurs préférés sont Cervantès, Dostoïevski, Céline, Faulkner, Gracq et plus, récemment, Michon, mais aussi Kundera et Bolano. J'ai également une admiration pour Philip Roth, Laura Kasischke et Pascale Roze.

La vie se charge du reste

La vie se charge du reste

Nous roulions vers le cimetière, prêts à nous souvenir du lendemain.
Nous étions quatre. Moi, Clémence, ma mère, et ma sœur au volant. […]

Entre les pierres

Entre les pierres

Remerciements : un grand merci à Nathalie Bibas, artiste-peintre, pour ses précieux conseils.

Ils sont morts depuis un an et je […]

Le jour où personne n’est venu

Le jour où personne n’est venu

[…]

Un jour ou l’autre

Un jour ou l’autre
[…]

Dehors dedans

DEHORS DEDANS
[…]

Pendant ce temps

Pendant ce temps

« Il y a plus de choses au ciel et sur la terre, Horatio, que dans toute votre […]

Quelques points un départ

Quelques points un départ

[…]

Un léger grain de poussière

                                   Un léger grain de poussière

 

 

En 1922, Hemingway, écrivain en devenir et jeune marié, vit à Paris. Son épouse se fait subtiliser la valise contenant ses premiers manuscrits alors qu’elle s’apprête à prendre le train, gare de Lyon. Ernest Hemingway, dépité, doit tout recommencer. Il divorce quelques années plus tard, et se mariera […]

Ici, peut-être

                             Ici, peut-être.

 

« Je suppose que vous êtes là pour vous isoler et vous chercher, vous aussi ? Ou pour composer de la poésie ? A croire que les carnages et les atrocités n’existent plus, que le monde est devenu sensé, que la souffrance a disparu et que le temps d’écrire des poèmes est venu ».

                                                                                                              Amos Oz, Judas.

 

Assis, […]

Une ombre à portée

« Il est tout autant criminel, selon les principes de la nature et ceux de la vérité, de vouloir s’élever au-dessus de soi que de se tenir au-dessous de soi ».

Haruki Murakami, 1Q84, livre 2.

 

           

 

La commissaire Marina Phlox savait que les débuts et les fins n’existent pas.

Qu’il n’y a pas de commencements véritables, mais des fragments […]